Note to contributors

YCM Journal- Young people and children on the move

https://omm.hypotheses.org/files/2020/05/Note-to-authors-YCM-journal-v1.pdf

Note to authors

All manuscripts –articles and research notes- must be submitted to Daniel Senovilla Hernández daniel.senovilla@univ-poitiers.fr

Articles and research notes (whether in English or French) must be unpublished work (unless previous agreement with the journal editors). Two members of the Editorial Board will anonymously review them. The Board’s decision (acceptance, acceptance with amendments, refusal) will be communicated within maximum 3 months after submission.

Contributions must be between 35,000 and 50,000 characters (including spaces). This length must include bibliography, footnotes, figures, tables and annex.

The title must be followed by the author’s full name, position and contact details.

Text should be typed without tabs (MS Word or Open Office) in 12 pt. Times New Roman. Footnotes (no endnotes) must be in 9 pt. Times New Roman.

Images and figures shall be submitted under separated files of standard format (JPG, PNG, etc.). Titles, sources and captions must be included in all cases. 

References in the text must appear in brackets in the following format: (Name, date: pages). Ex: (Dupont and Jones, 2000: pp. 45-54)

Bibliography (only quoted references) must appear at the end of the text, in the following format:

Books

BRICAUD, J. (2006), Mineurs étrangers isolés: l’épreuve du soupçon, Collection Perspectives sociales, Ed. Vuibert, Paris, 256 pages.

Journal articles

SENOVILLA HERNANDEZ, D. (2009), Mineurs isolés étrangers en Espagne: une réponse juridique et institutionnelle conforme à la Convention international des droits de l’enfant?, in Migrations Société 21 (125), pages 161-173.

Book chapters

SENOVILLA HERNANDEZ, D & KANICS, J. (2010), Protected or merely tolerated? Models of reception and regularisation of unaccompanied and separated children in Europe, in SENOVILLA HERNANDEZ, D., TOUZENIS, K. and KANICS, J. Migrating alone: unaccompanied and separated children’s migration to Europe, Éditions UNESCO, Paris, pages 37-61.

Reports

UNITED NATIONS HIGH COMMISSIONER FOR REFUGEES (2008), UNHCR Guidelines on determining the best interest of the child, UNHCR, Geneva Office, 97 pages.

Note aux Auteurs

Revue JMM- Jeunes et mineurs en mobilité

https://omm.hypotheses.org/files/2020/05/Note-aux-auteurs-Revue-JMM-def.pdf

Note aux auteurs

Les contributions proposées –articles et notes de recherche- sont à envoyer au responsable de la publication : Daniel Senovilla Hernández dansenher@gmail.com

Les articles et notes de recherche (en français ou anglais) doivent en principe être inédits (sauf accord préalable avec les responsables de la publication). Ils seront soumis anonymement à l’appréciation de deux membres du Comité de Rédaction. La décision du Comité de Rédaction (acceptation, propositions de corrections, rejet) sera donnée dans les 3 mois suivant l’envoi.

Les contributions  doivent comporter entre 35.000 et 50 000 caractères (espaces compris). Le nombre de caractères indiqués (avec espaces) comprend la bibliographie, les notes de bas de page, les figures et les annexes.

Le titre doit être suivi des nom, prénom, qualité et coordonnés de l’auteur.

Le texte est saisi sans tabulations (Word ou Open Office) ; la police utilisée est Times New Roman 12. Les notes sont infra-paginales (Times New Roman 9).

Les images et figures doivent être envoyées en fichiers séparés dans un format standard (JPG, PNG, etc.). Pour chaque figure l’auteur(e) mentionne le titre, les sources et la légende. 

Les appels bibliographiques apparaissent dans le texte entre parenthèses sous la forme suivante : (Nom, date de parution : pages). Ex : (Dupont et Jones, 2000 : pp. 45-54)

Les références bibliographiques sont placées à la fin du texte et présentées selon les normes suivantes.

Livres

BRICAUD, J. (2006), Mineurs étrangers isolés: l’épreuve du soupçon, Collection Perspectives sociales, Ed. Vuibert, Paris, 256 pages.

Articles de revue

SENOVILLA HERNANDEZ, D. (2009), Mineurs isolés étrangers en Espagne: une réponse juridique et institutionnelle conforme à la Convention international des droits de l’enfant?, in Migrations Société vol. 21 (nº 125), pages 161-173.

Chapitres de livre

SENOVILLA HERNANDEZ, D & KANICS, J. (2010), Protected or merely tolerated? Models of reception and regularisation of unaccompanied and separated children in Europe, in SENOVILLA HERNANDEZ, D., TOUZENIS, K. and KANICS, J., « Migrating alone: unaccompanied and separated children’s migration to Europe », Éditions UNESCO, Paris, pages 37-61.

Rapports

UNITED NATIONS HIGH COMMISSIONER FOR REFUGEES (2008), UNHCR Guidelines on determining the best interest of the child, UNHCR, Geneva Office, 97 pages.

CONFERENCE October 2007

Conference October 2007

The Conference entitled « The Migration of unaccompanied children in Europe : the contexts of origin, the migration routes, the reception systems » took place on the 10th-11th October 2007 at the Maison des Sciences de l’Homme et de la Société at the University of Poitiers.

This conference was organised by the research laboratory MIGRINTER and the International Juvenile Justice Observatory with the participation of the Jacques Berque Center for the studies of Human and Social sciences in Morocco and the support of the Social and Human sciences section of UNESCO.

Over the two days, 43 papers were presented (24 in the plenary sessions and 19 in 2 series of workshops )by researchers, professionals and practitioners, involved in various associations.  These participants, with ranging backgrounds and experience, tackled the numerous legal and social problems that the independent child migration involves, as much in their countries of origin as in the societies receiving them. More than 200 people coming from over 25 countries attended the conference, including the speakers, participants and the general public.

 The plenary sessions were simultaneously translated into 3 languages: French, English and Spanish. Videos are available on the University of Poitiers website.

 

http://uptv.univ-poitiers.fr/program/la-migration-des-mineurs-non-accompagnes-en-europe/index.html

PUCAFREU Research

Pucafreu Resarch Project

MIGRINTER (CNRS) was the coordinating body on the PUCAFREU research project (« Promoting Unaccompanied Children’s Access to Fundamental Rights in the European Union ») whilst leaning on a network of 5 partner organisations in the Member States which made up the geographical scope of the project : « Hors la Rue » (France), Service Droit des Jeunes (Belgium), « Fondation La Merced Migraciones » (Spain),  « ASGI – Associazioni per glistudigiuridicisull’immigrazione » (Italy), and the « PARADA » Foundation (Romania). The University of Roma Spaienza (Italy) also brought its expertise to the project as an associated partner.

The main objective of the project was to analyse the reasons which hinder the access of unaccompanied and separated children lacking protection to their fundamental rights guaranteed by international legislation and to promote a better access to these rights.

The general absence of statistics documenting the living conditions of migrant children neglected by child protection services justified the undertaking of such a study in 5 countries: Belgium, Spain, France and Italy as countries of destination or transit and Romania as a country of origin for this type of migration. The originality of this study was to explore the perceptions of the children and young people met during the study, whilst collecting their stories regarding their own situation and their experiences within child protection services in the case that they had access.

Firstly, the research contained a theoretical analysis of the legal questions, essentially concerning the interpretation and adequate application of the United Nations Convention on the Rights of the Child to the situation of unaccompanied and separated children living in a EU Member State.

Once the construction of a common methodology was completed, research in the field was simultaneously conducted, between the autumn of 2011 and the summer of 2012, in the 5 States which constituted the scope of the project. This research aimed to explore the living conditions and the activities of unaccompanied and separated children lacking protection in each of these countries, the eventual difficulties faced by them in order accesstheir fundamental rights as well as the reasons explaining their lack of protection.

The results of the different studies undertaken have shown a heterogeneity which is principally linked to the different patternsoftreatment and care of this population, resulting in different profiles and realities in each territory. Nevertheless, the research highlighted the general deficiencies of institutional practices and inadequate treatment, provoking the expulsion of migrant children from State protection, which in itself is contrary to the standards of international law.

Collection « Ces récits qui viennent »

Publié par Dacres éditions en partenariat avec le laboratoire Migrinter (CNRS- Université de Poitiers) et l’Observatoire de la Migration de Mineur.

Collection dirigée par Stéphane BIKIALO, Marie COSNAY et Daniel SENOVILLA HERNANDEZ 

Affiliée à « Littératures de Dacres », la collection « Ces récits qui viennent », se propose d’accueillir des récits autour du processus des migrations. Les acteurs et actrices des migrations auront eux-mêmes la parole. Il s’agira de prendre acte que ces récits peuvent apporter quelque chose de nouveau à la littérature et que la littérature peut apporter à ses auteurs une forme d’expression et de partage non conditionnée par les multiples enjeux de la vie en exil.

D’un point de vue scientifique, l’implication du laboratoire Migrinter, spécialisé dans l’étude des migrations internationales, dans la production et promotion d’une collection littéraire s’inscrit dans le cadre d’une réflexion méthodologique de longue date.  Ayant progressivement pris conscience des limites que présente l’utilisation des outils d’enquête en sciences sociales plus répandues auprès des populations migrantes, nous avons aussi constaté que l’utilisation de formats ludiques, culturels, créatifs ou artistiques était intéressante pour débloquer les récits des jeunes migrants et de les aider à surmonter leurs logiques réticences à se dévoiler. Le théâtre, la photographie, le dessin, la radio, la musique et bien sûr le récit littéraire constituent des formes de transmission de l’expérience migratoire qui nous semblent plus adaptées et pertinentes en octroyant aux protagonistes une forme de contrôle sur ce qu’ils souhaitent transmettre de leur vécu.

Donc, au-delà de leur qualité littéraire, les récits de la collection « Ces récits qui viennent » s’inscrivent dans une dynamique de production de savoirs présentant un intérêt scientifique indéniable. 

Livres publiés et en préparation

Livres publiés

Nº 1 – « CHEZ MOI OU PRESQUE » de STEPHEN NGATCHEU

« Après vingt-deux heures d’une navigation abominable, le zodiac, en surcharge, chavire : ainsi quarante personnes vont perdre la vie dans les vagues. Mes derniers souvenirs d’eux seront leurs cris de détresse, la peur sur leurs visages puis les corps qui flottaient sur l’eau. Il est trois heures du matin, nous ne sommes plus que douze, de toutes nationalités et de religions confondues, livrés à nous-mêmes. Aucune embarcation à l’horizon. Il reste quatre femmes, trois enfants et cinq hommes jeunes. »

Stephen Ngatcheu a écrit une sorte d’épopée maigre pour dire la mer, la nuit, les forêts. Il ne raconte pas pour informer, pour communiquer ou pour convaincre, il n’écrit pas pour répondre à des questions ni pour répondre de sa vulnérabilité. Il transmet et il créé. Il écrit comme on écrit, pour vivre plus grand. Odes à la terre d’Afrique, récits d’épreuves initiatiques. Déceptions d’après. Exaltation du trajet, de la vie qui va, de la littérature.

L’auteur

Né au Cameroun, Stephen Ngatcheu a fait un long voyage avant de s’installer à Chambéry où il suit un apprentissage, excelle au rugby, et où il écrit des textes littéraires et poétiques. Chez moi ou presque… est son premier récit, il y propose une recréation de son parcours d’exil, des réflexions sur ses pays, celui qu’il a quitté et celui dans lequel il est arrivé.

Disponible sur http://www.dacres.fr/livre_chez_moi_ou_presque.html ou en librairie

Nº 2 – « UN SUR MILLE » de MOUHAMED SANOUSSY FADIGA

On   voulait   tous   devenir   footballeur   professionnel.   […]  Alex « Ronaldinho », Omar « Araba » (fais-le ! en soussou), Omar Savane « Taribo », Mamadi « Snake », Mamadi « Zidane », Kolo « Yinnè » (esprit surnaturel en soussou), Lincoln « Yali-Yali », Omar « Kluivert », Solo « Sinto », Laso « Sola », Tonio « Toni », et Momo « Sétaré » (pauvre en soussou), ceux-là ils sont morts…

D’autres sont aujourd’hui en route vers la mer pour traverser et rejoindre l’Europe.

L’auteur raconte son parcours extraordinaire, de sa vie de « préféré » en Guinée au Sénégal, de fêtes en entraînements, de deuils en aventures amoureuses, de Dakar à Marseille, de Marseille au plateau Matheysin, en Isère. Il mêle à sa narration, jamais complaisante, ses réflexions sur ce monde où violences et solidarités s’entremêlent, qu’il observe en luttant pour le traverser, et l’habiter.

L’auteur

Né en 1998 en Guinée Conackry, Mouhamed  Sanoussy  Fadiga, aussi connu sous le surnom de Bassékou, descend de l’avion à Marignane le jour de ses dix-huit ans. Personne ne l’attend, mais il est là pour devenir footballeur en Europe. Un sur Mille, qui retrace son parcours, constitue sa première expérience littéraire.

Disponible sur http://www.dacres.fr/livre_un_sur_mille.html ou en librairie

Livres en préparation

Nº 3 – « SUR LE CHEMIN DE SES RÊVES » de BABA FOTSO TOUKAM JUNIOR, accompagné de CLAIRE CLOUET

Parution prévue – 1er semestre 2021

Nº 4- « LES HÉROS DU QUOTIDIEN » de DENIS MVOGO

Parution prévue –  2ème semestre 2021

Projet ADIMENA

Projet ADIMENA

Le projet ADIMENA – Assurer le droit à l’information des mineurs non accompagnés –  repose sur l’organisation et la réalisation d’ateliers collectifs d’information adaptée destinés aux mineurs non accompagnés et aux jeunes migrants adultes. Les mineurs migrants sont globalement faiblement informés par rapport à leur situation et aux procédures administratives ou judiciaires qui les affectent. Ce manque d’information relève d’aspects fondamentaux comme les mesures appliquées pour leur identification, les possibilités d’hébergement, de scolarisation, d’accès aux soins ainsi que sur les solutions durables une fois qu’ils arrivent à la majorité. Les informations sont obtenues à partir de différentes sources : les passeurs, les pairs migrants (adultes ou mineurs) ; les réseaux sociaux ; les associations ou des personnes bienveillantes rencontrées en cours de route.

Les ateliers collectifs d’information juridique est un util collectif participatif qui a été créé en 2015 dans le cadre du projet de recherche MINAS (lien vers l’onglet) et a depuis été régulièrement appliqué dans différents contextes géographiques (Paris, Marseille, Poitiers, Ceuta, Cadix, Jerez de la Frontera, etc.) Dans le cadre de ce projet, un double objectif a été fixé :

  1. Informer les jeunes migrants de leur situation et de leurs perspectives d’avenir en cas d’établissement dans le contexte où ils se trouvent
  2. Fournir des informations sur la situation et les possibilités législatives dans les autres contextes européens.      

(1) En ce qui concerne les mineurs qui souhaitent s’installer et construire leur avenir dans leur état de résidence actuel, l’information portera sur les différentes phases de leur procédure d’accueil, dans ce contexte notamment l’identification et la détermination de la minorité, l’accès au système de protection, la représentation légale, l’accès aux soins de santé et à l’éducation, ainsi que les solutions durables qui leur sont proposées dans leur transition vers une vie majoritaire et autonome. 

(2) Une approche similaire sera adoptée à l’égard des mineurs qui ont exprimé le souhait de poursuivre leur voyage migratoire vers de nouvelles destinations. Dans ces cas, le projet cherchera à établir des protocoles de transmission d’informations sur le traitement et la situation de cette catégorie de migrants européens dans d’autres contextes nationaux de l’environnement européen (France, Allemagne, Royaume-Uni, etc.), ainsi que sur les opportunités et risques juridiques qu’ils peuvent rencontrer dans ces autres destinations.

Livrables :

Projet REMIV

Projet Remiv

Le projet REMIV – Ressources pour les Mineurs Isolés de la Vienne a constitué une expérience inédite de partenariat entre un laboratoire de recherche spécialisé dans l’étude des migrations internationales (Migrinter) et un centre socio culturel de la ville de Poitiers (la Maison des Trois Quartiers). 

L’objectif premier et ultime du projet a été de contribuer- en collaboration avec les institutions et le tissu associatif local- à la création d’un cadre d’accueil et d’insertion scolaire des mineurs isolés étrangers en accord avec la législation applicable et permettant une meilleure intégration de cette population dans notre société. Le projet s’articule autour de deux axes : le premier prévoit la constitution et l’animation d’un réseau d’acteurs impliqués dans le travail avec les mineurs non accompagnés du département de la Vienne ; le deuxième s’axe sur la mise en place d’activités informatives et ludiques destinées aux mineurs migrants autour de trois thématiques : participation citoyenne et interculturalité ; scolarisation et aspects juridiques. 

Même si des activités auprès des jeunes migrants avaient lieu depuis le mois de septembre 2015, le projet débutera officiellement le 1er février 2017. 

Actuellement, le projet REMIV est devenu le Pôle REMIV, porté par la Maison des Trois Quartiers, un espace consolidé d’accompagnement et soutien à la population de jeunes migrants isolés de Poitiers. Migrinter continue à participer et à soutenir les actions du projet et participe à sa coordination.  

Voir aussi : https://m3q.centres-sociaux.fr/page-d-exemple/remiv/

Livrables :

Le projet Migration Positive

Présentation du projet Migration Positive

Les récits sur la migration dans de nombreux pays européens, y compris en France, ont tendance à se concentrer sur les difficultés et les menaces (budgétaires, d’insécurité, d’instabilité pour l’accès à l’emploi, d’invasion des services de santé) suite à l’arrivée des personnes migrantes.

Ces discours sont basés fondamentalement sur des éléments conflictuels. Le « migrant » est souvent vu comme une menace et comme un fardeau. Suivant la logique de ces discours, il semblerait que ces personnes n’auraient rien à apporter en s’établissant en Europe. Les coûts, les difficultés et les conflits sembleraient l’emporter sur les avantages mutuels. 

L’objectif du projet Migration Positive, porté par L’Observatoire de la Migration de Mineurs du laboratoire Migrinter (CNRS- Université de Poitiers) et cofinancé par le programme CPER INSECT, cherche à montrer comment les récits positifs sur la migration existent, peuvent devenir visibles et se renforcer au sein d’un territoire. 

Plus précisément, nous proposons de générer une dynamique d’échange et de discussion entre jeunes migrants, membres de la société d’accueil, travailleurs sociaux et chercheurs, pour générer des récits sur les aspects positifs de l’expérience migratoire. 

Sans ignorer les difficultés, notre volonté première est de changer le paradigme d’une perception négative et conflictuelle de la migration pour contribuer à rendre visible ses apports positifs et constructifs.  

Le processus de valorisation s’appuiera sur des méthodes participatives faisant appel aux différents supports d’expression : podcasts radio, musique, dessin, photographie, vidéo, etc. Ces méthodes seront choisies par les jeunes migrants et les personnes locales qui les côtoient, pour leur permettre de s’exprimer librement et de produire des récits autour des questionnements suivants :

  • Comment les jeunes migrants et les personnes issues des contextes d’accueil (familles d’accueil, écoles, lieux de travail, etc.) vivent mutuellement l’expérience de la solidarité et de l’hospitalité ?
  • Comment les jeunes migrants aspirent et arrivent à atteindre une situation de stabilité sociale, économique, personnelle et juridique dans leurs nouveaux contextes de vie ?
  • Comment les jeunes migrants assument des responsabilités au profit de leur pays d’accueil et/ou de leurs contextes d’origine ?

Le projet est porté par Louis Fernier et Daniel Senovilla Hernández. Guillaume Coron, Noémie Goux et Cléo Marmié ont collaboré dans le projet ainsi que le pôle REMIV (REssources pour les Mineurs Isolés en Vienne) hébergé par la Maison des Trois Quartiers de Poitiers. 

Il aura lieu entre septembre 2020 et décembre 2021.

Série de podcasts sur l’expérience mutuelle de l’hospitalité

Série de podcasts sur l’expérience mutuelle de l’hospitalité

  • Podcast 1- Présentation du projet Migration Positive
  • Podcast 2- Les motivations de l’hébergement solidaire

Dans cet épisode, nous cherchons à en savoir plus sur ce qui motive la démarche de l’hébergement solidaire et sur certains aspects inattendus comme les réactions suscitées ou les limites individuelles de cet engagement. 

Nous avons principalement échangé avec des personnes qui accueillent des jeunes bénévolement dans la ville de Poitiers et ses environs.

  • Podcast 3- Les aspects positifs de l’hébergement solidaire

Cette fois, nous cherchons justement à explorer quels sont les apports positifs de la présence de jeunes migrants pour les personnes qui les hébergent. Que vivent-elles exactement ? Comment ces rencontres transforment-elles leur progression personnelle ? 

Pour le savoir, nous avons échangé avec celles et ceux qui accueillent des jeunes bénévolement dans la ville de Poitiers et ses environs. Au fil de chaque discussion, nous leur avons posé plusieurs fois cette question centrale à notre enquête : « quels sont les points positifs de la présence de ces jeunes ? » 

  • Podcast 4- Les messages des hébergeurs aux jeunes migrants accueillis

Nous vous proposons d’écouter les réponses des personnes hébergeant des jeunes migrants quand nous leur avons demandé : « quel message aimeriez-vous faire passer aux jeunes migrants que vous avez accueilli ? ».

Comme dans nos précédents podcasts, ces personnes ont des profils très différents : la taille du foyer varie d’un à sept ; elles sont célibataires ou en couple ; à la retraite ou encore étudiantes.

  • Podcast 5- Les aspects positifs de l’expérience migratoire : le point de vue des jeunes migrants

Dans cet épisode, nous cherchons à comprendre les aspects positifs que les jeunes vivent au quotidien. Nous avons pu enregistrer treize discussions : âgés d’environ 20 ans, ils et elles viennent de pays d’Afrique de l’Ouest, la plupart sont arrivés en France en tant que Mineurs non accompagnés, et habitent désormais dans la Vienne ou en Isère. 

Pendant nos riches discussions, nous avons évoqué leurs belles rencontres, leurs découvertes, leurs réalisations qui les rendent fiers aujourd’hui, et leurs rêves pour le futur.  

  • Podcast 6- Les messages portés par ces jeunes 

À la question « quels messages voulez-vous faire passer ? », les jeunes reviennent souvent sur les fausses informations véhiculées par les médias. Ils mettent en garde sur l’influence des réseaux sociaux, qui diffusent des réalités biaisées, où la vie en Europe serait facile et l’argent tomberait du ciel. 

Pour ce podcast, nous avons pu enregistrer treize discussions avec des jeunes migrants âgés d’environ 20 ans. Ils et elles viennent de pays d’Afrique de l’Ouest, la plupart sont arrivés en France en tant que Mineurs non accompagnés, et habitent désormais dans la Vienne ou en Isère. 

  • Podcast 7- Ce que les jeunes migrants apportent au niveau scolaire ou professionnel (personnel enseignant, entreprises, professionnels de santé) 

Nous avons aussi discuté avec des professionnels de l’éducation, salariés en entreprise et dans le domaine la santé, qui rencontrent ces jeunes dans le cadre de leur travail. Nous nous sommes rendus dans deux lycées pour échanger avec les CPE, avons interviewé deux maitres d’apprentissage, et échangé avec l’équipe médico-sociale du relais Georges Charbonnier, une permanence d’accès aux soins et à la santé sur Poitiers. 

Pour chacun de ces milieux professionnels (éducation, formation, santé), nous avons questionné les motivations à accueillir des jeunes étrangers, et leur positionnement dans cette démarche d’accueil. 

La présence de jeunes migrants permet-elle d’évoluer sur les plans professionnels et personnels ? 

  • Podcast 8- Les aspects positifs de l’expérience migratoire dans un contexte d’urgence

Dans le cadre d’une mission de terrain début Juin 2021, nous sommes allés à Briançon pour rencontrer Le Refuge Solidaire, association qui offre une étape aux personnes migrantes qui arrivent de l’Italie.
En ce moment, elles sont environ 100 par semaine à venir y trouver un toit et un repas pour quelques jours.
Pauline, salariée au Refuge, a accepté d’être enregistrée et nous raconte l’histoire de ce refuge et de celles et ceux qui s’y arrêtent.